Cornrows and braids are part of my Hair-itage

by Sunday, June 24, 2018 0 comments


Hi guys,


I hope you are all doing fantastic and making the best of your lives, don't forget to give thanks everyday for the gift of life!
Thank you for taking the time to read this post.
I'm flabbergasted by a phenomenon that has been taking place over the years and it seems that lessons are not being learned from it.

J'espère que vous vous portez à merveille et que vous tirez le meilleur parti de vos vies; n'oubliez pas d'être reconnaissant(e)s pour ce don qu'est la vie!
Merci de prendre de temps de lire ce billet.
Je suis sidérée par un phénomène qui semble récurrent depuis des années, et il semblerait qu'aucune leçon n'en soit tirée.




In 1979, Bo Derek wore cornrows in the movie 10, cornrows became known as "Bo braids" and began taking the mainstream of hair market.
I've been doing cornrows for over 15 years Now, I don't understand why some people of the black community would refer to cornrows as Lemonade braids.

En 1979, Bo Derek portaient des tresses dans le film 10, les tresses sont alors connues sous le nom "Bo tresses" et commençait à prendre le courant dominant du marché capillaire.

Ça fait maintenant  plus de 15 ans que je pratique l'art de la tresse. Je ne comprends pas pourquoi certaines personnes de la communauté noire appellent les tresses "Lemonade braids".

Since 2016, cornrows are becoming known as boxer braids and  Lemonade braids is the last irrelevant name I've heard , in reference to Beyonce's Lemonade album.

Depuis 2016, les tresses sont connues sous les noms "boxer braids" ou encore "Lemonade braids" en référence à l'album Lemonade de Beyonce.

Cornrows are an adornment aiming at highlighting a woman's  or a man's beauty.

Les tresses ont pour fonction de mettre en lumière la beauté d'une femme ou d'un homme.

Hairstyles used to be an identifier in the past. It was a way to distinguish a child's gender for instance: "Djokoti Fo" was a style that 1-year-old children  wore in Mali, to distinguish a baby boy from a baby girl, the latter would have a cowry shell or a bead to adorn her crown and the boy wouldn't have any adornments. Hairstyles were also identifiers for age, religion, rank, marital status and class.

Dans le passé, les tresses avaient pour rôle d'identifier l'appartenance d'une personne. C'était un moyen de distinction du genre d'un enfant par exemple: "Djokoti Fo" était un style de tresses réservé aux enfants d'un an au Mali; pour différencier un garçon d'une fille, cette dernière portait un coquillage ou une perle pour orner sa couronne, tandis que le petit garçon n'avait aucun bijou. Les coiffures permettaient également d'assimiler un individu à un groupe d'âge, une religion, un titre, une situation maritale, et le rang social.



Cornrowns are not just a hairstyle, they tell a story. In the past, the process of braiding was a time for bonding and community between women. African women use to convey messages to their husbands by not uttering a single world but the design of their cornrows did the talk. Each situation had their cornrows pattern: widow, mom of the bride to be, bride to be...

Les tresses sont bien plus qu'une coiffure, elles racontent une histoire. Dans le passé, le processus de tresses était un moment de nouer des liens et de partage entre les femmes.
La femme Africaine n'usait pas de la parole pour transmettre un message à son époux, le style de tresses portées était le messager. Chaque situation avait sa configuration de tresses: veuves, mère de la mariée, future mariée...





This is how history gets lost and I hate us to participate in such foolery  in the name of "trend"

C'est ainsi que l'histoire se perd et je déteste que nous participions à une telle bêtise au nom de la "tendance".




Cornrows have a past and when we ignore that we lose the history behind them, so please acknowledge it.

La tresse a un passé  et en l'ignorant, nous perdons l'histoire qui l'accompagne, alors de grâce, reconnaissez-la.



Fashion Hood

Developer

Cras justo odio, dapibus ac facilisis in, egestas eget quam. Curabitur blandit tempus porttitor. Vivamus sagittis lacus vel augue laoreet rutrum faucibus dolor auctor.